• MORT IVERSAIRE

    je ne connais pas son nom c'était le 9 D...

     

     

    Papa rentra dans la chambre, chargé de paquets, un matelas à langer qu'il tenait au devant de lui bouchait carrément la porte, Maman vit qu’il avait acheté le confortable, pas le dur et maigre qu’elle ne voulait pas. Il déchargeait ses emplettes sur le lit, content qu’elle soit encore dans la chambre. Il n’avait absolument pas voulu préparer tout cela avant et normalement, il y avait encore quelques jours avant l’arrivée prévue médicalement.

    Maman lui dit : « C’est pas la peine, y’a plus de bébé. Ça bouge plus ».

    Interdit, Papa déposa son fardeau, puis repartit pour être avec sa grande fille qui allait manger chez Roger et Michèle.

    Quand il fut parti ,on transporta Maman dans une grande pièce avec des robots perfusions et elle hurla comme une bête jusqu’au bout des douleurs, croyant qu’ainsi le bébé allait se réveiller. Quand il sortit , la sage femme le prit dans ses mains en pleurant, maman croyait encore qu’il crierait pour les saluer. Mais, il resta silencieux,  le personnel l’emporta par là-bas derrière . Alors maman recommença ses cris d’horreur et de terreur, je veux la voir, je veux la toucher, non ! il ne faut pas. Mais, vous, vous l’avez touchée, c’est mon bébé à moi. Allez le chercher finit par dire la sage femme aux infirmières.

    L’enfant ressemblait à sa sœur ainée, elle était toute belle, on lui montra un peu de peau qui desquamait, maman caressa la joue, le corps. Maman arrêta de hurler, elle ferma ses paupières sur cette belle image pour la compléter à loisir dans ses yeux. On la laissa ainsi et quand papa arriva elle lui dit « elle est là-bas, va la voir ». Maman entendit des longues plaintes qui n’en finissaient pas. Maman n’a jamais eu la sensation de voir un mort, papa en voyait un pour la première fois. Puis il fallut aller se coucher chacun chez soi. Demain le travail se poursuivrait et la grande fille viendrait voir maman le soir après l’école, avec papa. Maman avait senti l’angoisse lui nouer la gorge, qu’est ce qu’elle allait lui dire comme histoire pour la faire rêver ? Elle crut qu’elle n’y arriverait pas. Mais voilà :

    Un livre de douceurs poétiques.

    https://images-eu.ssl-images-amazon.com/images/I/51fH4WD9I1L.jpg

     

     

    ET aussi, un  message vidéo pour les Papas et les Mamans : 

    Quand des petites âmes repartent , David Sabba, médium.

     

    « je m'emmêle à moi mêmeje monte, je descends »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :